Vidéo : La soudure des tuyaux cuivre et laiton

Résumé

Les canalisations destinées aux circuits de gaz doivent être impérativement soudées avec des baguettes et flux homologués ATG. Avant toute modification d’une installation existante, il est indispensable de la vidanger afin que les tubes ne contiennent ni eau ni gaz.

PRINCIPE

Le soudage des canalisations de cuivre se fait par brasage. C’est-à-dire que l’espace entre les deux éléments emboîtés va être comblé par un nouveau métal qui va réaliser l’assemblage. L’assemblage des tubes destinés à la circulation normale de l’eau froide pourra être réalisé par brasage tendre. C’est la soudure à l’étain. L’assemblage des tubes de cuivre destinés à l’alimentation en eau chaude est susceptible de subir des dilatations ou d’être soumis à de fortes pressions. Il devra être réalisé par brasage fort.

MATERIEL

LES LAMPES A SOUDER

Les lampes à cartouche de gaz butane perdent leur efficacité lorsque la température extérieure s’abaisse et perdent toute efficacité à 0°. Les lampes à cartouche de gaz butane/Propane mélangées sont, elles, efficaces jusqu’à – 10° et sont à utiliser avec des baguettes contenant plus de 30 % d’argent ou cuivre phosphore. Toutes ces lampes ne peuvent être utiliser la tête en bas que lorsqu’elles sont allumées depuis plus d’une minute.

LES CHALUMEAUX MONOGAZ

Le chalumeau monogaz peut être branché directement sur une bouteille de Butane ou à l’aide d’un détendeur haute pression sur une bouteille de propane. Attention, les détendeurs ménagers ne sont pas des détendeurs haute pression. Le propane, nous l’avons vu, permet de travailler à des températures extérieures beaucoup plus basses (-20 à – 30 °).

LES CHALUMEAUX BIGAZ

Nous vous déconseillons d’utiliser le chalumeau bigaz acétylène/oxygène pour effectuer des brasages sur tuyaux cuivre. En effet, sa puissance est disproportionné à ce type de travail. La structure même du cuivre peut en être altérée. Votre installation risque de fortes détériorations.

Les lances ou brûleurs

Suivant les fabricants, les embouts montés sur les lampes à souder et les chalumeaux sont appelés lances ou brûleurs ou encore becs ou embouts. Nous emploierons ici le terme de lance. Il est généralement possible de changer la lance de l’appareil de soudure. La flamme dard chauffe avec la pointe du dard fortement le point visé et le pourtour du tuyau par conduction. La flamme turbo chauffe avec une bonne moitié du tuyau et le reste par conduction. L’embout doit se situer à un centimètre du tuyau. La flamme « cerco » chauffe simultanément l’ensemble du pourtour.

La brasure

La brasure est appelée métal d’apport. Au contact des pièces, elle va fondre pour s’insérer par capillarité.

Les flux

Les flux sont les produits dont il faut enduire les surfaces avant leur soudage. Le flux protège le métal de l’oxydation tout en facilitant la pénétration de la brasure. La nature du flux change avec la brasure. Vous devez les assortir suivant les indications des fabricants. Certains d’entre eux ont mis sur le marché des ensembles baguettes – flux qui évitent bien des erreurs. Pour la soudure à l’étain, le flux est souvent appelé « pâte décapante » ou gel.

L’OUTILLAGE

Voir ci-contre.

LA PREPARATION

Avant toute opération, nettoyer et désoxyder les zones à assembler à l’aide d’un tampon abrasif. Arrêter lorsque la zone nettoyée a pris un aspect uniformément brillant afin de ne pas enlever trop de matière. Ne plus toucher avec les doigts les surfaces nettoyées. Protégez-les immédiatement avec le flux de soudure.

REALISATION D’UN BRASAGE TENDRE

Nous allons tout d’abord réaliser un brasage tendre, une soudure à l’étain. Nous allons utiliser une lampe à souder avec une cartouche butane/propane. Equipée d’une lance à flamme dard. Allumez la lampe à l’aide d’une étincelle ou d’une flamme avanée lentement en dessus de la lance. Les lampes à souder n’ont pas besoin de réglage. Chauffez le tuyau….. Lorsque le flux bouillonne sur tout le périmètre, retirez la flamme de la lampe et mettez en contact le fil d’étain avec la jointure.

Réalisation d’un brasage fort

Nous allons réaliser sur cette partie du circuit d’eau chaude un brasage fort. Nous allons utiliser un chalumeau monogaz branché sur une bouteille de butane classique. Enfilez les gants et allumez le chalumeau. La flamme ne nécessite aucun réglage. Chauffez la jointure.Le flux, pâteux au départ, commence à se liquéfier, il s’assèche maintenant avant de se vitrifier, un peu comme du caramel. C’est le signe que la bonne température est atteinte. Placez alors la baguette sur la jointure en appuyant modérément, tout en continuant à chauffer avec la flamme. La baguette doit fondre au contact des pièces et le métal vient remplir tout le joint.Attendre quelques secondes avant de faire subir le moindre mouvement aux pièces. Nettoyez avec un chiffon mouillé la brasure encore tiède. Attention, c’est au contact des pièces que doit fondre la baguette. Si vous faites fondre la baguette avec la flamme, vous allez juxtaposer des gouttes de métal sur la jointure sans garantir son étanchéité ni sa solidité.

SOUDURE AU CHALUMEAU BIGAZ

Si vous ne pouvez vous dispenser d’utiliser un chalumeau bigaz ou oxyacétylénique. Ne travaillez qu’avec le panache de la flamme. Et chauffez en la déplaçant au maximum tout au long du pourtour… Nous travaillons ici avec la même baguette et le même flux que pour la brasure forte précédente. Lorsque le flux est vitrifié, opérez comme pour cette précédente opération.

ENTRETIEN

Le type de soudure que nous venons d’effectuer ne nécessite aucun entretien. Elles peuvent être recouvertes de peinture sans risque.