Choix du modèle

Les chauffe-eau les plus performants sont les modèles verticaux, qu’ils soient muraux ou sur socle. Des contraintes d’implantation peuvent cependant conduire à installer des modèles horizontaux. Votre chauffe-eau choisi doit bien sûr correspondre à vos besoins. Les chauffe-eau à résistance Stéatite offrent le double avantage de ne pas avoir à être vidangés pour atteindre leur résistance en cas de problème et de ne pas exposer cette même résistance aux dépôts de calcaire ce qui n’est pas le cas des modèles à résistance blindée ou thermoplongée. Enfin, les chauffe-eau sont munis d’une anode qui assure une protection anti-corrosion. Cette anode peut être en magnésium ou à courant imposé. Les anodes à courant imposé ou ACI ne demandent aucun entretien.

Choix de l’emplacement

Nous vous rappelons que le chauffe-eau ne doit pas être trop éloigné des points d’utilisation de l’eau chaude. Si la distance est supérieure à 8 m, un deuxième chauffe-eau de petite capacité est conseillé pour alimenter le point de puisage le plus éloigné L’installation d’un chauffe-eau dans une salle de bains est strictement réglementée. Le chauffe-eau doit être prévu à cet effet et l’emplacement choisi en fonction des normes. L’installation de l’appareil doit laisser suffisamment d’espace pour permettre le démontage de la résistance en cas de besoin. Pour les besoins de notre démonstration, nous allons installer un chauffe-eau vertical mural d’une capacité de 150 litres, dans un cellier attenant à une salle de bains.

Matériel

Un chauffe-eau muni de ses pattes de fixation ou d’un support. L’appareil est livré avec des systèmes de fixation classiques. Si votre support demande des fixations particulières vous devrez respecter cette contrainte. Rappelez vous que le chauffe-eau plein représente un poids très important et que les fixations doivent donc être à toute épreuve. Un groupe de sécurité. Le groupe de sécurité sert à évacuer l’excédent d’eau du à sa dilatation lors des montées en température, il est muni d’un robinet d’arrêt et d’une vidange. Le groupe de sécurité aux normes NF est obligatoire et indispensable. Il doit être monté sur l’arrivée d’eau froide de l’appareil. Un raccord isolant diélectrique permettant d’éviter les phénomènes d’électrolyse entre les différents métaux et donc de limiter la corrosion. Ce raccord s’installe sur la sortie eau chaude du chauffe eau. Un rouleau de téflon. Et, suivant les cas :

  • Un trépied ou un socle si le mur n’est pas sûr
  • Un robinet d’eau froide pour couper le circuit en amont du chauffe-eau lors de dépannages éventuels,
  • Un réducteur de pression lorsque l’alimentation dépasse 6 bars.

Le réducteur se place sur l’alimentation générale du domicile afin d’être efficace à la fois sur les circuits d’eau chaude et d’eau froide.

L’outillage

voir ci-contre.

Vérification du support

La première vérification à effectuer est celle du mur destiné à recevoir le chauffe-eau. Le mur doit être, bien entendu, capable de recevoir des fixations aptes à supporter le poids du chauffe-eau en pleine charge. Dans le cas contraire, il est indispensable de poser le chauffe-eau sur un trépied ou de choisir un chauffe-eau sur socle.

Vérification de l’installation électrique

Nous vous rappelons que toute extension d’installation électrique doit impérativement s’effectuer conformément aux normes en vigueur. Ces normes prévoient, entre autres des conditions d’installation précises dans les emplacements soumis à des projections d’eau. Dans tous les cas, l’alimentation de l’appareil doit s’effectuer à l’aide de câbles rigides de 2,5 mm2. La mise à la terre est obligatoire. Le chauffe-eau doit être relié à votre tableau électrique par un circuit spécifique indépendant. La tension de sortie de votre tableau doit être identique à celle prévue pour l’alimentation de votre chauffe-eau. Le circuit établi pour l’alimentation doit comporter un disjoncteur divisionnaire de 25 A pour la protection de l’appareil et un interrupteur différentiel de 30 milliampères, pour la protection des personnes.

Vérification des circuits d’eau

L’installation hydraulique est, elle aussi, soumise à des normes : les normes DTU Plomberie. Il est indispensable de relier le chauffe-eau à des canalisations propres et en bon état. Si la pression d’alimentation de votre domicile vous paraît très élevée, il est conseillé de la faire vérifier avant d’entreprendre l’installation. En aucun cas elle ne doit excéder 6 bars. Si votre pression est supérieure, vous devrez installer un réducteur sur votre alimentation générale. L’arrivée d’eau froide et le départ de l’eau chaude doivent être amenées suffisamment proche du lieu d’installation de l’appareil pour permettre un raccordement avec les flexibles du Kit. Vérifiez la compatibilité des flexibles avec les tuyaux rigides. En cas de problème, utilisez des raccords sans soudure. Bien que le groupe de sécurité comporte un robinet de coupure, il est recommandé d’en installer un en amont, sur l’arrivée d’eau froide. Il permettra le démontage éventuel du groupe de sécurité sans couper l’ensemble de l’installation. Enfin, il est indispensable de prévoir un circuit de mise à l’égout pour évacuer le trop plein ou vidanger l’appareil. Ce circuit peut-être effectué en tube PVC résistant à l’eau chaude.

La Pose

Déballez le chauffe-eau sans couper la partie du carton qui sert de gabarit de pose. Présentez le gabarit sur le mur. Il doit rester suffisamment d’espace pour le démontage éventuel de la résistance. Marquez les trous. Percez. Utilisez des chevilles et des vis prévues pour une fixation très solide adaptées à la nature de votre mur. Nous allons utiliser ici les fixations du Kit. Enfilez les chevilles. Vissez les fixations. Placez les rondelles. Vissez les écrous sur les tiges filetées en laissant un jeu au moins équivalent à l’épaisseur des pattes de fixation du chauffe-eau. Il est indispensable de se faire aider pour la phase suivante. Positionnez le chauffe eau en accrochant les pattes entre le mur et l’écrou. Serrez les écrous fermement.

Raccordements hydrauliques

Sur le chauffe-eau, le raccordement d’eau froide est repéré en bleu. Préparer le joint de montage du groupe de sécurité sur l’eau froide. Une dizaine de tours de téflon bien tendu en assurera l’étanchéité. Montez le groupe de sécurité sur l’arrivée eau froide. Le raccordement d’eau chaude est repéré en rouge. Préparez le raccord diélectrique Utilisez le joint fourni. Montez le raccord sur la sortie eau chaude. Montez le siphon sur le groupe de sécurité. Raccordez l’ensemble aux canalisations d’eau chaude et d’eau froide à l’aide des flexibles en serrant fermement.

Raccordements électriques

Vérifiez la coupure du circuit avant toute opération. Raccordez les arrivées sur les bornes d’alimentation. Raccordez la terre. Attention, il est impératif de connecter les arrivées au thermostat et non directement à la résistance, ce qui serait extrêmement dangereux. Les bornes doivent être serrées fermement pour éviter tout risque d’échauffement. Serrez fermement mais sans excès.

Remplissage

Laissez le chauffe-eau hors tension. Ne le remettez jamais sous tension avant son remplissage complet. Ouvrir légèrement les robinets d’eau chaude de tous les points d’utilisation. Si vous avez muni l’arrivée d’un robinet de coupure, ouvrir celui-ci complètement… Ouvrez ensuite le robinet d’eau du groupe de sécurité. Laissez le chauffe-eau se remplir. Laissez ensuite l’installation se purger, l’air devant s’échapper par tous les robinets ouverts. Lorsque l’eau s’écoule régulièrement et sans bruit par tous les robinets d’eau chaude de l’installation, fermez les un à un. Contrôlez l’absence de fuite sur l’ensemble de vos raccordements.Montez le capot de la résistance.

Mise en chauffe

Mettez l’appareil sous tension. L’interrupteur différentiel et le disjoncteur divisionnaire doivent être enclenchés. Contrôlez le fonctionnement à l’aide des voyants. Suivant le type d’appareil, reportez vous à la notice. Laissez chauffer l’appareil. Contrôlez que quelques gouttes s’écoulent par le groupe de sécurité. Cet écoulement est normal, il est dû à la dilatation de l’eau lorsqu’elle chauffe. Votre installation est terminée.

Entretien

Tous les quinze jours, vérifiez le bon fonctionnement du group de sécurité en manœuvrant brièvement le levier ou le bouton de vidange suivant le modèle. Cette opération permet de chasser les dépôts qui pourraient en gêner le fonctionnement. Si votre eau est trop calcaire, faites détartrer votre résistance une fois par an. Cette opération doit être confiée à un professionnel. Si votre chauffe-eau est muni d’une anode en magnésium, elle doit être vérifiée par un professionnel tous les deux ans. En cas de démontage de la résistance, il est indispensable d’en changer le joint.

Vidange

En cas d’absence prolongée, il est indispensable de vidanger le chauffe-eau pour éviter les risques de gel. Mettre le chauffe-eau hors circuit. Fermer les arrivées d’eau froide Ouvrir un ou plusieurs robinets d’eau chaude. Ouvrir la vidange du groupe de sécurité. Au retour, le remplissage devra se faire comme lors de la première mise en route. Moyennant ces quelques précautions, votre chauffe-eau est maintenant à même de vous donner toute satisfaction.